•  Accompagnement des aidants et des professionnels impliqués dans le champ de l’autisme : information, formation, guidance des pairs et aidants

22 octobre à Orléans – date limite d’inscription le 01 octobre

FICHE PÉDAGOGIQUE
• INSCRIPTION EN LIGNE / BULLETIN D’INSCRIPTION A TÉLÉCHARGER

• Coût : 180€/Personne

•  Démarche d’évaluation des besoins des personnes en situation de handicap en particulier les Troubles du Spectre Autistique (enfants/adolescents/adultes)

08 octobre à Orléans – date limite d’inscription le 17 septembre

FICHE PÉDAGOGIQUE
• INSCRIPTION EN LIGNE / BULLETIN D’INSCRIPTION A TÉLÉCHARGER

• Coût : 180€/personne

Stratégie nationale pour l’Autisme au sein des troubles du neuro-développement

 

Sophie Cluzel
Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapée

 

Plus de 10 ans après le 1er plan autisme, les attentes des familles et des
personnes autistes, que j’ai pu mesurer tout au long des neuf mois de la
concertation préparatoire à notre stratégie restent immenses. Pourquoi ? Parce
que notre société relègue, exclut, discrimine, rejette ce qu’elle ne comprend
pas et génère par cette attitude un isolement social pour les familles et les
personnes elles-mêmes.
Aujourd'hui, nous devons relever ensemble ce défi de faire sa juste place, au
milieu de tous, à l'enfant, à l'adulte différent. Des bancs de l'école à ceux de
l'entreprise, du club de sport à la bibliothèque, du centre de loisirs au voyage
organisé, il est temps d’accueillir pleinement des personnes qui aspirent à une
vie ordinaire comme tout un chacun.
C’est pour prendre en compte toutes les différences et la richesse des
expériences de chacun que j’ai voulu que cette nouvelle stratégie pour
l’autisme au sein des troubles du neuro-développement soit la résultante des
propositions et des résultats observés sur le terrain tout au long de la
concertation. Je souhaite remercier l'ensemble des personnes qui font que
cette ambition aujourd’hui est celle de tous et pour tous. Elle se veut
pragmatique et efficace pour prendre en compte des besoins spécifiques des
personnes et de leur entourage pour un accompagnement digne et efficace.
Cette nouvelle stratégie nationale se fixe aussi comme objectif de remettre la
science et la recherche au coeur de notre politique publique, pour accélérer
nos connaissances et les diffuser plus rapidement afin de tordre le cou aux
idées reçues, aux préjugés, aux stéréotypes. D’ores et déjà, à partir du socle de
connaissances et des recommandations de bonnes pratiques qui se diffusent
enfin, nous pouvons changer la donne.
C'est tout l'objet de cette stratégie élaborée avec et pour les personnes
autistes et leur familles. Nous voulons mieux repérer les troubles neurodéveloppementaux
au sein desquels figure l’autisme, diagnostiquer et
intervenir plus tôt. Nous allons former massivement l’ensemble des
professionnels afin d'accueillir en crèche, puis de scolariser, ensuite
d'embaucher, encore de soigner, de loger … bref, accompagner, enfin, des
parcours de vie.

Cette stratégie résolue d'inclusion des personnes autistes doit nous permettre
de manifester pleinement notre nouvelle ambition pour l'ensemble des
personnes en situation de handicap. Car il ne s'agit plus de penser qu'il existe
des solutions "ailleurs", dans des mondes parallèles qui protègeraient la
personne, mais bien de bousculer, chacun, nos habitudes, de faire tomber les
murs comme les plafonds de verre pour redonner la parole et leur propre vie
aux personnes elles-mêmes, en nous appuyant sur le formidable tissu de
professionnels que nous avons la chance d'avoir en France.
La densité des échanges noués dans le cadre de la concertation, la qualité
des travaux conduits pour la préparation de cette nouvelle stratégie me rend
confiante dans notre capacité à réussir, ensemble, personnes, familles,
professionnels, ministères, collectivités cette ambition.
J’y veillerai personnellement en suivant sa mise en oeuvre avec l’appui d’une
structure interministérielle dédiée, pour qu’enfin les paroles deviennent des
actes.
Je compte sur l’engagement de chacun.

PCH : CERTAINS DEPARTEMENTS SONT TROIS FOIS MOINS RADINS QUE D’AUTRES

POUR LE LOIRET, C’EST RATE !

Montant moyen de la PCH  : 5 555 €

 

Moins de 3 500 € en moyenne : le Loiret

http://www.faire-face.fr/2018/02/13/pch-departements-radins/

A LIRE: 

Droit de vote des personnes sous protection juridique : violation de la Convention de l’ONU par l’UE, Evelyne Friedel

 

http://www.autismeurope.org/wp-content/uploads/2018/03/LINK.68.FR_.pdf

Dimanche 3 mars 2018:

Nous apprenons avec tristesse le décès de Théo Peeters.

Il avait partagé son savoir et son enseignement avec les familles et les professionnels de Dialogue-Autisme dans les années 2000 à plusieurs reprises. Merci à lui et toutes nos condoléances à sa famille.

Théo Peeters (né le 11 mars 1943) est un neurolinguiste belge, spécialisé dans les troubles du spectre autistique. Il est l’une des autorités mondiales dans le domaine; ses nombreux ouvrages, ses sessions de formation et les conférences passionnantes qu’il donne dans le monde entier en font l’un des experts de l’autisme les plus compétents et compatissants de la planète. Il met l’accent en particulier sur l’importance de comprendre la « culture de l’autisme » et de témoigner de l’empathie absolue avec les individus qui se situent sur le spectre.

 

Théo Peeters a lui-même publié plusieurs ouvrages sur l’autisme, dont La forteresse éclatée en 1984, L’Autisme: de la compréhension à l’intervention en 1994 et L’Autisme: aspects éducatifs et médicaux, en collaboration avec le Professeur Christopher Gillberg.

18 février 2018 Les nouvelles recommandations

Autisme : poursuivons nos efforts

Tribune du Pr Dominique Le Guludec, présidente de la HAS

Depuis une vingtaine d’année, des progrès considérables ont été réalisés dans la connaissance de l’autisme et des interventions à mettre en œuvre. Il est impossible cependant de se satisfaire de la situation actuelle tant pour les personnes autistes et leur famille, que pour les professionnels qui les accompagnent.

Dominique-Le-Guludec vignetteAujourd’hui, le parcours des enfants et de leur famille est encore souvent chaotique, fait d’errances et de ruptures pour nombre d’entre eux. L’accompagnement des personnes adultes a trop longtemps été laissé de côté alors que le respect de leurs droits impose de penser les moyens de leur inclusion dans la société. Quant aux professionnels, ils ne savent pas toujours vers qui orienter les personnes et leur famille, dans un contexte où l’offre doit encore être organisée, structurée et équitablement répartie sur le territoire.

Sans tomber dans l’angélisme ni empêcher le débat d’idées, nous devons unir nos efforts au profit d’une amélioration effective de la qualité de vie des personnes autistes. Cela passe par un changement de paradigme : ne plus s’arrêter aux déficits et difficultés des personnes autistes mais miser sur leurs capacités et compétences pour parvenir à leur autonomie et leur inclusion dans la société. Cela nécessite aussi de dépasser les querelles pour concentrer les énergies à renforcer l’accès à un diagnostic précoce et à déployer rapidement des interventions personnalisées, adaptées et réévaluées tout au long de la vie.

 

Depuis 2005, la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est engagée de manière continue sur le sujet de l’autisme en mettant à disposition différents travaux – notamment sur les interventions auprès des enfants en 2012 – pour aider les professionnels dans leurs pratiques au quotidien. Nous complétons notre contribution ce lundi par deux nouvelles recommandations élaborées avec les personnes autistes, leur famille et l’ensemble des professionnels concernés au sein de l’univers sanitaire et médico-social. Il s’agit d’une part de l’actualisation des recommandations sur le diagnostic de trouble du spectre de l’autisme chez l’enfant qui est possible dès 18 mois si les signaux sont identifiés et pris en compte ; et d’autre part de la première recommandation sur les interventions à organiser pour les personnes adultes, en vue du respect de leurs droits et de leur accompagnement à l’autonomie*.

Avec ces deux nouvelles publications, nous achevons un premier cycle complet de recommandations de pratiques professionnelles à déployer : du repérage et de l’identification des signes d’autisme, au diagnostic et à la mise en œuvre de pratiques médicales, paramédicales et médico-sociales personnalisées et coordonnées, de la petite enfance à l’âge adulte.

 

Les défis qui restent à relever reposent sur une multitudes d’acteurs : les chercheurs, qui doivent permettre une meilleure connaissance des mécanismes physiopathologiques de l’autisme et qui doivent mener des études cliniques pour évaluer l’efficacité des interventions mises en place ; les professionnels qui doivent s’investir pour délivrer des soins et des accompagnements sociaux et médico-sociaux sur l’ensemble du territoire et dans chacun des domaines de la vie, en se coordonnant et en s’appuyant sur des repères conformes aux données actuelles de la science ; l’éducation nationale et les organismes de formation professionnelle qui doivent s’engager plus encore pour proposer des formations adaptées aux compétences des personnes autistes ; les agences régionales de santé dont l’enjeu est de structurer et d’accompagner une organisation efficiente et de qualité au plus près des territoires et d’en informer les parents et les personnes elles-mêmes.

La HAS va elle aussi poursuivre son investissement au service des personnes autistes. En premier lieu, nous avons la responsabilité de faire connaître les recommandations aux professionnels. En second lieu, nous devons inciter à leur mise en œuvre effective en nous appuyant, notamment, sur l’évaluation des établissements (certification des hôpitaux et cliniques, évaluation externe des établissements médico-sociaux). L’élargissement prochain de nos missions dans le domaine social et médico-social, voulu par le législateur, renforce notre devoir et notre intérêt à agir aux côtés de tous les acteurs.

A la veille du 4e plan autisme, le chemin à parcourir est encore long. Nous espérons que l’engagement de tous sera à la hauteur des enjeux. La HAS sera à l’écoute des besoins qui émergeront et se tient prête à mobiliser ses compétences.

 

plaquette de Dialogue-Autisme
Bulletin d'inscription
2012 03 27 plaquette dialogue autisme wo
Document Microsoft Word 1.4 MB

DANS LE CADRE DU SERVICE CIVIQUE, DIALOGUE-AUTISME PROPOSE UNE MISSION

VOIR NOTRE ASSOCIATION SERVICE CIVIQUE

SOINS DENTAIRES POUR PERSONNES AUTISTES

 

L’unité d’odontologie est située dans le bâtiment du SAMU sur le site de la Source. L’unité est placée sous la responsabilité de madame le docteur GALLAZZINI, chirurgien - dentiste, spécialiste en médecine bucco-dentaire (enfants en bas âge et patients de tous âges porteurs de handicap), assistée du Dr Chollet dans la prise en charge des jeunes enfants. Ce cabinet dentaire est équipé de 4 salles de soins : 1 allouée à cette prise en charge spécifique et 3 dans lesquelles seront soignées toutes les personnes ayant besoin de soins dentaires ou de réhabilitation prothétique. 

Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 16h30. Prise de rendez-vous au : 02 38 74 47 22.

URGENT:

Afin de prévoir l’avenir, présenter et faire des demandes auprès des autorités, Dialogue-Autisme mène une enquête auprès des parents de personnes atteintes de troubles du spectre autistique, du département ou de la région Centre, de plus de 16 ans, qui souhaitent trouver une solution d’accueil pour leur enfant à l’âge adulte.

  • Quels sont vos besoins et souhaits :
    • Internat ?
    • Semi internat ?
    • Externat ?
    • Appartements thérapeutiques ?
    • Centre de loisirs ?
    • Service d’aide à domicile ?

 Merci de répondre par mail à dialogueautisme@orange.fr en précisant votre département, l’âge de votre enfant, la nature de l’aide qu’il reçoit actuellement : scolarisation normale en secondaire, en ULIS, en primaire, prise en charge en hôpital de jour, en hôpital psychiatrique, en IME, en SESSAD, par des intervenants libéraux, sans solution.

NOUVELLE RUBRIQUE: LA VOIX DES PARENTS Faites nous part de vos expériences, heureuses ou malheureuses. Seront mentionnées seulement votre département, mais pas vos noms ou adresses. Ecrivez-nous à dialogueautisme@orange.fr

Avec l'aimable autorisation de Catherine Dupont Le Calvé
Avec l'aimable autorisation de Catherine Dupont Le Calvé