Bulletin d'adhésion Dialogue-Autisme
plaquette DIALOGUE-AUTISME Bulletin d
Présentation Microsoft Power Point 812.5 KB

NOUVEAU!

CONSULTER DE TOUTE URGENCE LE CHAPITRE 'LES SOINS DENTAIRES"

  ENVOYEZ NOUS VOS REMARQUES A dialogueautisme@orange.fr

INFORMATION IMPORTANTE

Nous avons alerté depuis l’ouverture du foyer d’accueil médicalisé de SARAN en 2014 les tutelles sur les problèmes de gestion posée par le groupement de coopération sociale et médico-sociale d’Autisme-France.

Le GCSMSAF n’est plus gestionnaire du FAM Dialogue-Autisme. L’APAJH a été nommé comme nouveau gestionnaire.

Le GCSMSAF a décidé d’exclure Dialogue Autisme de l’assemblée générale, alors même que nous avons toujours le SESSD Dialogue Autisme et l’UEM de Blois, sans nous donner, malgré les demandes de notre avocat, la possibilité d’expliquer aux membres de l’Assemblée les raisons de la nomination d’un nouvel administrateur par les tutelles (3 morts, maltraitances des résidents, gestion opaque).

Nous abandonnons donc notre partenariat avec Autisme France.

Malheureusement, alors même que nous avions demandé à ce que la gestion soit confiée à un gestionnaire compétent en autisme représentant plusieurs candidats possibles, contre notre avis, le conseil départemental de l’ARS ont choisi l’APAJH.

Il apparaît que cet organisme est tout à fait incompétent en matière d’autisme : il n’y fait aucune référence dans son projet associatif ; dès le premier jour de son arrivée, le 15 mai 2020, un résident a été renvoyé à l’hôpital psychiatrique en raison d’un comportement problème mineur mais dûment justifié par l’incompétence du personnel (il est toujours hospitalisé sans raison valable) ; les parents sont quotidiennement menacés d’exclusion de leur enfant s’il a des comportements problème. l’APAJH essaye de leur faire signer un contrat de séjour permettant assorti organisme d’exclure tout résident présentant un comportement problème. À cette date, six résidents ont été orientés vers l’hôpital psychiatrique, et la plupart sont soumis à une médicalisation à outrance pour les calmer. Les recommandations de la Haute autorité de santé ne sont pas appliquées, si tant est qu’elle soit connue de l’APAJH.

Les responsables locaux, régionaux, nationaux ont été prévenus, notamment le défenseur des droits qui va étudier la question. Pour les parlementaires de la région centre Val de Loire, seuls deux nous ont répondu.

 

Le problème de la prise en charge des personnes atteintes de troubles du spectre autistique et notamment les adultes, et donc loin d’être réglé.

JUIN 2021 ; ce qui devait arriver est arrivé : le personnel est en grève car il na sait pas gérer les résidents, qui présentent des comportements problèmes. Ceci est dû à leur manque de formation. L’APAJH est incapable de gérer des personnes autistes.

Au vu du tract syndical, nous comprenons que l’établissement est là pour assurer le bien-être du personnel, et non pas de celui des résidents : « Nous, salaries de rétablissement médicalisé léonard de Vinci, prenons en charge des personnes présentant des pathologies autistiques sévères. Depuis le 15 juin 2020, date d’ouverture de l'établissement, nous faisons face à une violence extrême de certains résidents, sans que cela ne fasse réagir l’employeur, l’APAJH : Morsures, coups, tirage de cheveux, griffures, fractures…Entraînant de nombreux arrêts de travail. Nous sommes épuisés, pas entendus, méprisés. Ces violences que nous subissons, ne sont pas sans incidences sur notre état de santé psychique et physique. Ces conditions de travail sont inacceptables, et ne nous permettent pas de mener à bien nos missions d’accompagnement et de prise en charge de la population accueillie Au regard de la loi, l’employeur ne garantit pas notre sécurité. Nous exigeons :  Notre protection au quotidien ;   Une garantie de la prise en charge des résidents ;  La signature et le respect des contrats de séjour par toutes les familles et la direction de l’APAJH ; L'arrêt de l'infantilisation et le respect de nos droits ; Des conditions de travail dignes ; L’arrêt des intimidations, de l'abus de pouvoir et de la toute-puissance à LAPAJH. Nous appelons l’ensemble des salariés de Léonard de Vinci et de tous les établissements de l’APAJH à se mettre en grève et à participer à la mobilisation »

 

L’ARS et les ministres ont été informés, mais nous n’en attendons aucune réponse, comme d’habitude.

VOICI CE QUE NOUS AVONS RECU DES PARENTS, EXPLICITANT LA SITUTION CATASTROPHIQUE DES RESIDENTS DU FOYER GERE2 PAR L’APAJH, ET ADRESSE A L’ARS :

-           Le plus étonnant, le choix du personnel : 

•           aucune personne maîtrisant ou même connaissant les méthodes éducatives n’a été recrutée TEACH, ABA, PECS …... Le psychologue, et on n’a rien contre lui, n’a pas de spécialisation TSA. Pas de superviseur non plus maîtrisant les méthodes comportementales bien qu’il y ait un besoin primordial de ce type de personnel pour aider, former et épauler les équipes complètement démunies.  Il faut noter quand même le recrutement d’une psychomotricienne très impliquée et compétente.

•           Très peu de personnel éducatif

•           Majorité d’aides-soignants et AMP, voire intérimaires non formés qui n’ont pas les compétences nécessaires pour s’occuper de ce public, et, en cela on compatit.

-           Turn over époustouflant : c’est probablement la conséquence du premier point. Les équipes sont épuisées. La première cheffe de service est restée 6 mois : la deuxième 4 mois environ. Elles n’avaient pas le profil requis. Et on apprend que c’est la cadre infirmière qui fait office de cheffe de service en attendant. C’est carrément impensable car elle ne connait vraiment pas l’autisme et est par contre très impliquée pour réclamer des médicaments aux psychiatres.

Et le peu de personnel éducatif qui a pu profiter d’une formation (exemple 10-15 jours de formation si mes souvenirs sont bons pour Léa, monitrice éducatrice) quittent aussi le navire. On sait la grève qui a été déclenchée dernièrement par le personnel pour qu’il puisse travailler dans de bonnes conditions et dignement

 

-           Il n’y a toujours pas de projet personnalisé et pas de réunion prévue pour les familles vu l’absence de continuité du personnel. Depuis 1 an déjà !

-           Ignorance : tout comme à l’image du président, on ne croit pas et même on ignore les vertus des méthodes éducatives et comportementales qui permettent de diminuer les comportements problèmes des résidents. On préfère réclamer des neuroleptiques et des si- besoins aux psychiatres. Avec l’ancienne association ce n’était pas le cas ou alors c’était extrêmement exceptionnel.

-           Méthodes rétrogrades et non recommandées : Le président croit aux méthodes radicales, dignes de celles pratiquées après-guerre. Un résident présentant des problèmes de comportements doit être envoyé à l’hôpital psychiatrique (son argument : son fils a passé 3 ans à l’H.P.) car ce n’est pas une attitude normale. Et les parents qui montrent leur désaccord sont des parents « jamais contents et fauteurs de troubles ». D’ailleurs le président a fait le tri parmi les parents et résidents. On sait que suite à internement forcé, des parents ont repris leur protégé et 2 autres sont encore en HP. Et pourtant les troubles importants des résidents ont été provoqués à cause de leur décision de changer le personnel du jour au lendemain. Quand on sait que les autistes sont très intolérants aux changements et très attachés aux rituels, c’était prévisible ; mais non, on prend des décisions contraires aux bien-être des résidents. Ou alors on ne connait pas les spécificités de l’autisme. Et c’est plutôt ça le problème. Au passage, il avait bien été dit que l’APAJH reprenait tous les résidents. Ce serait bien qu’une décision soit prise pour ces jeunes exclus. L’APAJH se présentait comme une association experte en autisme ; il fallait préciser que leur expertise datait des années 1940-1950.

-           Conséquences graves : en parlant de psychiatrie, dernièrement (mi-mars 2021) un jeune présentant des comportements problèmes a été envoyé par le foyer vers les psychiatres qui ont administré des neuroleptiques en quantité (et les si-besoins). Ce jeune a été renvoyé vers sa famille après que celle-ci ait été avertie que ça n’allait pas du tout. Les parents et la sœur ont appelé plusieurs fois SOS médecin car ils ont cru que leur protégé allait mourir. Ils étaient extrêmement mécontents envers le foyer. Ils sont dangereux. Attention ! C’est gravissime pour la santé et la vie des résidents

 

-           Communication très difficile : une autre personne a porté plainte contre la directrice après que celle-ci l’a eu jetée dehors suite à un différent. Depuis son fils est chez elle car elle a peur des représailles envers son fils, notamment l’envoi en HP.

La directrice ne veut pas communiquer sur l’administration des si-besoins aux parents et tuteurs. C’est illégal.

-           Chantage : la pratique du chantage est coutumière. Si vous ne signez pas le contrat votre fils n’aura pas de projet. Etc. Et ça marche car beaucoup de parents se taisent même s’ils ne sont pas satisfaits. Et d’ailleurs le contrat est contraire à une prise en charge éducative mais Monsieur le directeur a dit qu’il était hors de question de le changer.

-           Pas le temps d’attendre : on apprend par la directrice qu’il faut leur laisser le temps d’apprendre. Et bien non, nous n’attendrons pas. Nous ne voulons pas voir nos jeunes se dégrader et régresser car il leur faut du temps. Ils ont quand même dit qu’ils étaient experts. Ils doivent recruter en urgence le personnel adéquat au type de pathologie qu’est l’autisme. Aujourd’hui ça existe.

-           Travaux : c’est le point positif. Ils ont rehaussé les clôtures et réalisé la réfection de plusieurs chambres alors qu’avant c’était très compliqué » d’être entendu.

 

Conclusion : nous avons été trompés. Cette association n’est pas spécialisée en autisme. Vous aviez été mis en garde, nous semble-t-il ? De plus nos enfants devenus adultes avaient été orientés vers plusieurs établissements de l’APAJH. Nous avions évité de demander ces établissements pour ne pas tomber dans ce qui nous est imposé aujourd’hui. Il faut que ça change et tout de suite .

Solliciter un professionnel du CRA
Solliciter un professionnel du CRA.docx.
Document Adobe Acrobat 74.6 KB
PLANS AUTISME DEPUIS 2005 LES VRAIS CHIF
Document Adobe Acrobat 285.1 KB

PCH : CERTAINS DEPARTEMENTS SONT TROIS FOIS MOINS RADINS QUE D’AUTRES

POUR LE LOIRET, C’EST RATE !

Montant moyen de la PCH  : 5 555 €

 

Moins de 3 500 € en moyenne : le Loiret

http://www.faire-face.fr/2018/02/13/pch-departements-radins/

SOINS DENTAIRES POUR PERSONNES AUTISTES

 

L’unité d’odontologie est située dans le bâtiment du SAMU sur le site de la Source. L’unité est placée sous la responsabilité de madame le docteur GALLAZZINI, chirurgien - dentiste, spécialiste en médecine bucco-dentaire (enfants en bas âge et patients de tous âges porteurs de handicap), assistée du Dr Chollet dans la prise en charge des jeunes enfants. Ce cabinet dentaire est équipé de 4 salles de soins : 1 allouée à cette prise en charge spécifique et 3 dans lesquelles seront soignées toutes les personnes ayant besoin de soins dentaires ou de réhabilitation prothétique. 

Ouverture du lundi au vendredi de 9h à 16h30. Prise de rendez-vous au : 02 38 74 47 22.

NOUVELLE RUBRIQUE: LA VOIX DES PARENTS Faites nous part de vos expériences, heureuses ou malheureuses. Seront mentionnées seulement votre département, mais pas vos noms ou adresses. Ecrivez-nous à dialogueautisme@orange.fr

Avec l'aimable autorisation de Catherine Dupont Le Calvé
Avec l'aimable autorisation de Catherine Dupont Le Calvé